Comment faire des caricatures ?

L’art de la caricature ne se limite pas à un dessin grotesque, réalisé sur une plage ou devant le magasin pittoresque d’un lieu touristique. Même s’il existe encore un grand nombre d’artistes de rue pratiquant ce style de croquis, on le retrouve également dans les dessins de presse, dont l’esprit satirique de ces caricatures politiques et sociétales, nécessite une vraie technique afin de faire passer son message. Comment faire une caricature efficace ? Comprenez l’histoire de ce type d’image satirique, au graphisme si particulier, et découvrez les techniques de base afin de réaliser un dessin d’humour au message percutant, ou plus léger, et provoquant le rire tout simplement.

Quelles techniques pour dessiner une caricature ?

S’entraîner sur des formes simples.

Dans un premier temps, avant de vous lancer pleinement dans la caricature, dessinez des formes géométriques simples à base de triangles, de carrés ou de cercles. Ensuite, essayez d’intégrer les éléments du visage directement dans ces formes précédemment dessinées, afin d’obtenir des personnages peu détaillés, mais avec des traits forts exagérés. Réalisez de nombreux petits croquis comme cela afin de vous entraîner, et pouvoir réaliser des petites caricatures simplistes.

Commencez le dessin d’observation.

Vous êtes à l’aise avec les petites caricatures. Il est maintenant temps de vous attaquer aux caricatures de visages réels. Le but ici est de pouvoir reconnaître le visage d’une personne, tout en exagérant ses traits les plus marquants. Afin de réaliser une belle caricature, il faut alors se concentrer sur les éléments du visage à accentuer, mais également sur le comportement et l’intention de la personne. Le but ici n’est pas de déformer chaque partie de la tête, mais les expressions et les caractéristiques physiques les plus visibles et représentatives de la personne. Cela vous donnera ainsi une caricature, ressemblant au sujet initial, amusante, et dont la retranscription des expressions fortes évitera un dessin neutre et ennuyeux.

Déformez, exagérez, mais gardez une répartition cohérente.

Ça y est, vous avez repéré les bons éléments à retravailler, il est temps de dessiner. Réalisez vos premières esquisses, et trouvez le bon dosage de déformation et d’exagération à appliquer à votre croquis. Le dessin doit cependant rester cohérent. Un visage se délimite souvent en trois parties : le front et les cheveux d’une part, les yeux, le nez et les oreilles d’autre part, et enfin la mâchoire et le menton. Si vous décidez de déformer, une ou plusieurs de ces parties, n’oubliez pas qu’il faut pouvoir intégrer chaque élément du visage dans son espace respectif, en adaptant leur taille en conséquence. Autrement, la répartition ne sera plus cohérente, et vous aurez un dessin trop bancal, ne se concentrant plus sur l’essentiel, et perdant la ressemblance recherchée avec le modèle.

Faites de nombreux croquis avec tous les angles.

Lorsque vous réalisez une caricature d’une personne réelle, n’hésitez pas à faire des croquis différents, avec des déformations plus ou moins accentuées, et des angles de dessin différents (de 3/4, de face ou de profil). Cela vous permettra de vous familiariser avec les différentes positions du visage, mais également d’acquérir des automatismes qui vous seront utiles lorsque vous esquisserez des personnes différentes de façon rapide. 

Petite histoire de l’art de la caricature.

La caricature, qu’est-ce que c’est ?

Si l’on devait définir la caricature en quelques mots, nous pourrions dire que c’est un dessin, souvent des portraits, réalisé avec des coups de crayons grotesques, afin d’exagérer les traits d’un visage ou d'un personnage. Les caricatures sont utilisées dans de nombreuses applications, comme le dessin satirique, les cartoons, le dessin humoristique ou encore la caricature politique, afin de moquer et porter en dérision certaines personnes, souvent célèbres, grâce à des illustrations dessinées avec une déformation et une exagération des particularités physiques de ces dernières. Ceci a pour effet de rendre les modèles directement reconnaissables auprès des observateurs. La caricature est souvent grivoise, irrévérencieuse, et elle est régulièrement adoptée pour dénoncer, mais elle peut être aussi utilisée de façon plus légère, dans le seul but de divertir les touristes.

La caricature dans l’histoire.

Au cours du temps, les caricaturistes se sont illustrés afin de faire la satire de la société, grâce à des dessins politiques et satiriques, teintés d’ironie, et allant à l’encontre de la censure. L’utilisation de la caricature illustre notamment la situation de la société, à chaque période de l’histoire. Celle-ci a acquis ses lettres de noblesse, en parallèle au développement de la liberté d’expression et de la liberté de la presse. C’est ainsi que la caricature s’est popularisé, au cours du XIXe siècle, avec des artistes comme le caricaturiste français, Honoré Daumier, ou Charles Philipon, qui a bien souvent utilisé son talent de dessinateur pour fournir une vision caricaturale de la monarchie alors en place, à une période où la République était plébiscitée par un grand nombre de partisans (on connaît surtout ce dernier pour la représentation de Louis XVIII en poire). La caricature est, à ce moment, utilisée pour soutenir les causes populaires, grâce à des dessinateurs engagés, se dressant contre le pouvoir en place. Mais cette vision de la caricature change avec le temps, et si elle a encore été utilisée dans ce but, elle trouvera finalement ses adeptes du côté des autorités, afin de dévaloriser les « ennemis du pouvoir ». C’est ainsi que l’on va retrouver des caricatures lors des différentes guerres et périodes de troubles, sur des affiches de propagande, afin de discréditer certains opposants, notamment lors de l’affaire Dreyfus, où ce dernier sera représenté de manière exagérée et raciste, ou pendant les deux guerres mondiales, afin d’accentuer les traits et apporter de la laideur aux ennemis déclarés du pays. Caricaturer a donc été principalement un moyen de lutte, comme de propagande, mais avec le temps, si celle-ci a gardé un côté irrévérencieux, et est toujours utilisée pour parler de sujets graves, elle est de plus en plus plébiscitée pour des sujets plus légers et pour du divertissement.

Les médias et la caricature.

S’il y a un domaine où la caricature est reine, c’est bien le dessin de presse. Certains journaux de presse satirique, comme Charlie Hebdo, anciennement Hara-Kiri, ou Le Canard Enchaîné, se sont d’ailleurs fait une spécialité de la représentation caricaturale, avec un coup de crayon teinté d’irrévérence, fait pour ridiculiser les faits de sociétés, la politique ou la religion. La caricature est cependant souvent utilisée par les journaux plus traditionnels, celle-ci permettant de faire passer des idées, sous couvert d’humour, sur n’importe quel sujet. Cependant, les relations entre la caricature de presse et le public ont toujours été conflictuelles. Ça a été le cas avec les pouvoirs en place, qui ont régulièrement censuré certains journaux suite à la publication d’un dessin politique peu avantageux, ou avec certaines franges de la société, comme lors de l’attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo, suivant la publication caricatures de Mahomet, où toute la rédaction de l’hebdomadaire français a été attaquée par un groupe extrémiste. Les dessinateurs de presse sont ainsi souvent attaqués ou envoyés en justice, mais la puissance de ce type de dessin auprès du public fait qu’il reste très plébiscité, et explique le nombre croissant de journaux souhaitant les utiliser. C’est pourquoi le caricaturiste de presse doit pouvoir travailler vite, et être équipé de façon à pouvoir prendre l’inspiration où qu’il se trouve. Si à l’époque l’utilisation du carnet de dessin était évidente pour chaque caricaturiste, avec l’avènement de la presse en ligne et de l’information en continue, il est important pour le dessinateur de presse de pouvoir dessiner à tout moment, n’importe où, et de retravailler ses croquis sur ordinateur. L’utilisation d’une tablette transportable, et permettant de dessiner partout, sans accès à l’ordinateur, à l’instar de l’ISKN Repaper, est devenue essentielle pour les professionnels. Ces derniers peuvent ainsi dessiner l'actualité sur papier, comme on le ferait sur un carnet de dessin classique, et enregistrer les traits et les mouvements de leur crayon préféré directement dans la mémoire de la tablette, grâce à la bague magnétique apposée sur le stylo, afin de pouvoir retravailler leur croquis sur un logiciel graphique une fois au bureau. La caricature de presse s’adapte ainsi avec l’air du temps, et a encore de beaux jours devant elle.

Les caricatures de rue.

Lorsque l’on parle de caricature, on pense directement aux dessinateurs de rue dans les lieux touristiques, qui font des dessins humoristiques des passants, de façon caricaturale, et dont la ressemblance avec les modèles ne fait aucun doute. Le portraitiste de rue réalise son dessin en direct, et est un vrai divertissement pour les touristes et les badauds, le but pour lui étant de faire rire ses clients, avec une caricature grossière qui se moque gentiment de leurs traits les plus caractéristiques. Une fois encore, il peut être intéressant de s’armer d’un matériel polyvalent dans cette situation. Utiliser une tablette comme la ISKN Repaper peut permettre au caricaturiste de rue de dessiner une version papier, qu’il peut donner à son client, une fois le dessin fini, tout en enregistrant le dessin réalisé dans sa tablette graphique, et ainsi garder les esquisses de la journée pour les retravailler chez lui, sur un logiciel graphique. Envoyer le dessin par mail à ses modèles du jour, ou même réaliser un book artistique, de nombreuses possibilités s’offrent alors au dessinateur, et rendent le dessin de rue plus moderne et en accord avec son temps. De plus, dessiner sur papier permet de travailler plus naturellement, et évite l’apprentissage d’une coordination main-œil, entre la surface d'une tablette graphique et l’écran de son ordinateur.

Pour conclure.

Nous l’avons vu, si dessiner une caricature autorise une certaine liberté dans les proportions d’un visage, bien la maîtriser nécessite de s’entraîner et de réaliser de nombreux croquis. Faire passer les émotions du visage est également essentiel dans une caricature réussie. Il ne faut pas oublier que dans l’histoire, ce style de dessin, avant d’être un divertissement pour les passants, est avant tout un moyen de contestation, d’opposition, et une manière de faire passer un message sous couvert d’humour. Les expressions des personnages dessinés, ainsi que le choix des éléments physiques à exagérer, sont de ce fait très importants pour réussir à faire passer ses propres intentions.