Comment devenir architecte ?

Imaginer et construire les bâtiments et intérieurs de demain est une activité professionnelle faisant rêver bon nombre de personnes créatives. Quelles sont les spécificités du métier d'architecte, quels sont les outils à maîtriser, quelles études réaliser, et quel est le profil à avoir pour réussir à intégrer ce milieu ? Description du métier, logiciels et tablettes graphiques, formations et traits de caractères idéaux, nous exposons ci-dessous les différents éléments pour vous guider vers le métier d’architecte.

Qu’est-ce que le métier d’architecte ?

Exercer la profession d’architecte consiste, de manière générale, à réaliser un projet de construction ou de réhabilitation, de l’étude de faisabilité, jusqu’à la construction et l’aménagement intérieur, pour ceux ayant choisi une spécialisation dans l’architecture d’intérieur. Il aura également pour mission d’esquisser les projets, réaliser les documents nécessaires au permis de construire et aux contraintes juridiques, gérer le chantier en tant que maître d’œuvre, ou encore faire le lien entre clients et professions du bâtiment, en expliquant le projet architectural de façon simple et claire pour tous les partis. Le rôle de l’architecte peut cependant être assez différent, en fonction de comment chacun souhaite se spécialiser. Lorsque le travail de l’architecte sera généralement de réaliser des ouvrages pour les particuliers (maisons, appartements, projets spécifiques…), il sera également possible d’obtenir le titre d’architecte-urbaniste, après une formation spécifique, et travailler sur des projets publics, s’inscrivant dans une vision globale d’urbanisation d’un lieu. D’autres voudront aussi se former à l’ingénierie pour exercer le métier d’architecte-ingénieur. Cette spécialité, notamment demandée dans le génie-civil, sera réellement axée sur le côté technique, plus que créatif, à l’opposé de l’architecte d’intérieur qui aura pour rôle d'imaginer l’aspect esthétique d’un lieu et de réaliser les travaux nécessaires pour réaliser celui-ci. Enfin, si certains apprécieront travailler en agence d'architecture, d'autres préféreront devenir architecte libéral, et exercer en leur nom propre. Pour cette dernière option, il faudra cependant prendre en compte l’inscription à l’ordre des architectes, et disposer des qualifications nécessaires, afin d’obtenir l’habilitation à la maîtrise d’œuvre et pouvoir exercer sans aucun souci juridique.

Une profession en lien avec le numérique.

La conception architecturale nécessite des compétences techniques importantes afin que le concepteur puisse mener à bien un projet, répondant aux normes et aux contraintes techniques imposées par le client et l’environnement. Parmi celles-ci, on peut citer l’utilisation des logiciels dédiés à l’architecture et au dessin, qui permettent de réaliser les esquisses et les plans de façon précise. Il est en effet important pour l’architecte de formation de pouvoir présenter à ses clients des esquisses réalistes, montrant le résultat final attendu. Cela permet, pour la personne faisant appel aux services du maître d’ouvrage dans le domaine de l’architecture, de pouvoir se projeter et de comprendre les différentes possibilités qui s’offrent à elle. De nombreux logiciels existent, et si des softwares généralistes comme Adobe Photoshop ou Adobe Illustrator peuvent totalement faire l’affaire pour réaliser des croquis, certains sont plus spécialisés à l’image d’Autodesk, un logiciel de conception et de création axé sur l’ingénierie et l’architecture, parfait pour l’ingénieur-architecte. Afin de s’aider dans le dessin numérique, la tablette graphique devient alors un outil indispensable pour réaliser ses esquisses architecturales. On n’imagine pas devoir réaliser ses plans architecturaux directement avec le trackpad ou la souris, qui sont à l’opposé de ce que l’on pourrait appeler « précision ».

La tablette graphique permet notamment au dessinateur d’obtenir un trait fluide, comme si l’on dessinait sur un carnet de dessin. Cependant, à cause de la coordination main-œil, nécessitant de devoir regarder son écran d’ordinateur pour pouvoir voir son ébauche architecturale se dessiner sous ses yeux, et avec la sensation du stylet qui s’éloigne quelque peu de celle que l’on pourrait ressentir avec un crayon standard, on peut perdre un peu de cette mobilité. Si l’on peut suivre une formation pour s’habituer à tous ces nouveaux éléments, la tablette scanner, à l’instar de la ISKN Repaper, permet notamment de dessiner directement sur une feuille de papier, placée sur la surface de travail de la tablette, et de pouvoir utiliser ses propres outils de dessin (crayons et feutres), grâce à la bague magnétique, à placer autour de ces derniers. Vous dessinez ainsi vos projets comme vous le feriez sur un carnet de dessin, sans avoir besoin de vous former ou de passer par les arts appliqués pour maîtriser vos périphériques, et de plus, vous pouvez garder une trace papier de votre travail, pour le donner à votre client ou par sécurité. La possibilité d'utiliser ces outils sans ordinateur, grâce à la mémoire interne, permet également de réaliser une ébauche directement chez le commanditaire, sous ses yeux, et sans avoir besoin de se déplacer avec pléthore de matériel.

Quelles études pour devenir architecte ?

Le métier d’architecte est très réglementé. Un niveau bac S, s’inscrire dans un BTS design d’espace ou dans une formation en École Nationale Supérieure des Beaux-Arts n’est donc pas suffisant pour pouvoir exercer les métiers de l'architecture. Il est en effet nécessaire de réaliser une formation d’architecte de 5 ans minimum après le bac, menant sur un master en architecture. L’offre de formation est grande, et vous avez le choix entre école d’architecture privée ou publique, générale ou spécialisée, mais dans tous les cas, si vous souhaitez réaliser la construction d’un bâtiment ou une réhabilitation de A à Z, il vous faudra suivre un premier cursus de 3 ans, le diplôme d’études en architecture (DEEA), puis un second de 2 ans pour obtenir un diplôme d’Etat d’architecte (DEA), d'un grade de master, permettant d’exercer en agence ou dans la fonction publique. Pour une personne souhaitant travailler en libéral, en auto-entrepreneur par exemple, l’expérience professionnelle ne suffira pas. Il faudra, en plus du cursus cité précédemment, réaliser une année supplémentaire pour obtenir l’habilitation à exercer la maîtrise d’œuvre en son nom propre (HMONP). Sans celle-ci, impossible de réaliser la maîtrise d'ouvrage, et donc de réaliser ses projets jusqu’au bout. Il est enfin possible de se spécialiser, ou de se diversifier, en réalisant des années d'études d’architecture supplémentaires, notamment dans l’urbanisme, le patrimoine, l’écologie ou encore la santé, entre autres. Les débouchés et les professions sont variés, et étudier l’architecture sous toutes ses facettes permet notamment d’entrevoir toutes les possibilités pour votre vie professionnelle à venir.

Entre création et relations humaines.

Les métiers d’architecte s’axent autour de deux grands vecteurs. D’une part, nous avons la création, l’essence même de cette profession. Les architectes et urbanistes doivent toujours penser à de nouvelles possibilités, en accord avec le lieu et ses contraintes. Cela demande certes une formation initiale forte, une bonne connaissance de l’histoire de l’architecture, et un approfondissement de sa culture architecturale, mais la créativité intrinsèque du designer dans le domaine architectural est essentielle pour proposer des maquettes novatrices pour les particuliers comme pour un projet urbain de plus grande ampleur. Le second axe est la gestion des relations humaines avec ses clients et ses collaborateurs. Architecte, c’est tout d’abord devoir interagir avec d’autres personnes. D’un côté, les commanditaires du projet doivent pouvoir comprendre la proposition que vous pouvez leur faire, et pour cela, il faudra savoir vulgariser, être pédagogue et éviter le conflit à tout prix, même si celui-ci va à l’encontre de vos idées. D’un autre côté, il faut savoir utiliser les bons termes pour pouvoir discuter avec les équipes s’occupant de la réalisation de ce que vous avez imaginé. Il faut donc réaliser un travail personnel important pour réussir à garder le plaisir de créer, et même si c’est une partie minime en terme de temps passé, cela reste l’élément le plus important, celui-ci étant à la base de tout le reste.

Et après… ? Le profil de l’architecte.

Être créatif.

Nous l’avons vu, la créativité est à la source des projets architecturaux. Faire de l’architecture, c’est tout d’abord créer des bâtiments, ou un agencement inédit pour une pièce, que les personnes n’étant pas formées à ce domaine ne pourraient imaginer par eux même. Même si les grandes écoles d’architecture préparent le terrain afin de comprendre l’histoire et le côté technique du métier, la créativité sera propre à chacun, et c’est ce qui fera la différence entre tel ou tel architecte. Il faut pouvoir surprendre, émerveiller et faire rêver le client, tout en réussissant à jouer avec les contraintes imposées par celui-ci, et par l’environnement dans lequel se trouve le projet.

Avoir une vision globale.

Pouvoir imaginer une nouvelle création architecturale nécessite de savoir penser celle-ci dans un tout. On retrouve cette notion dans tous les domaines, de l’architecture d’intérieure, au travail sur une maison individuelle par exemple, mais c’est d’autant plus vrai dans le métier d’architecte-urbaniste, celui-ci agissant parfois sur des quartiers entiers, et devant prendre en compte ce qui a déjà été créé autour, l’environnement dans lequel s’inscrit le projet, ainsi que la mention écologique prenant une place prépondérante dans notre société.

Savoir être force de proposition.

Le client peut parfois vouloir mener le projet lui-même, quand bien même il n'aurait pas la créativité, ni les compétences requises pour proposer des options réalistes ou réellement en accord avec le bâtiment existant. C’est ce type de personnes qu’il faut notamment pouvoir diriger naturellement vers des projets créatifs et dont la faisabilité ne laisse aucun doute. Il faut donc savoir expliquer, parfois avec fermeté, mais toujours en vulgarisant et en répondant aux inquiétudes, afin d’amener le client vers les propositions que vous lui ferez, et instaurer une confiance réciproque. Si cette partie du travail de l’architecte est vraie en cabinet d’architecture, c’est encore plus avéré lorsque l’on travaille seul. En effet, en indépendant, on ne peut pas compter sur le soutien de ses collaborateurs, qui peuvent apporter un second avis professionnel pouvant conforter le vôtre. Il faut alors savoir faire preuve de relations humaines afin de mener à bien votre entreprise.

Faire preuve de persévérance.

L'exercice de la profession d’architecte peut parfois amener son lot de désillusions. Entre projets ne se réalisant finalement pas, budgets se modifiant en cours de route, et interventions des clients parfois trop intrusifs dans les directives à donner, à cause du manque de confiance, il se peut que le programme d’origine change du tout au tout par rapport à ce que vous aviez imaginé à la base. Il faut donc savoir faire régulièrement des concessions, et s’adapter sur des ouvrages qui peuvent ne plus être très motivants à réaliser. N’oubliez pas que même si vous êtes là en tant que conseil et maître d’œuvre, c’est l’argent du client qui est en jeu, et il aura toujours le dernier mot. Il faut donc savoir finir son travail quoi qu'il arrive, avant de passer sur des nouveaux contrats plus motivants.

Maîtriser les compétences techniques et de communication.

Nous l’avons vu, cette activité professionnelle requiert de nombreuses compétences. Que cela soit des compétences informatiques, artistiques, ou de relations humaines, il est important de bien les maîtriser pour mener à bien ce que l’on a pu créer. Quel architecte seriez-vous si vous ne saviez pas faire une demande de permis de construire, ou si vous aviez un problème avec les mathématiques pour réaliser vos mesures et assurer la solidité des bâtiments ? C’est tout cela qui justifie les 5 années d’études minimum dans une école supérieure d’architecture, conduisant au diplôme d'architecte DPLG (diplômé par le gouvernement).

Un métier complet avec de nombreuses facettes.

Vous l’avez vu, l’architecture en France est très réglementée, et il est nécessaire de passer par l’une des nombreuses écoles nationales supérieures d’architecture afin de pouvoir exercer cette profession. C’est également un métier idéal pour les personnes n’appréciant pas la routine. L’aspect exhaustif de cette profession, avec de la création, de la gestion d’homme et de projet, de la pédagogie, un aspect commercial et de l’administratif, fait qu’aucune journée ne ressemble à une autre.