Comparatif des meilleures tablettes graphiques.

Lorsqu’il s’agit d’acheter une tablette graphique ne nécessitant pas de travailler sa coordination main-oeil, avec les traits prenant forme en direct sous les yeux, comme il se ferait sur un carnet de notes ou de dessin classique, on peut vite se perdre devant le nombre important de périphériques disponibles sur le marché. Pour savoir quelle tablette correspond le mieux à son usage, et comprendre les spécifications dont celle-ci doit disposer afin de travailler efficacement, nous avons choisi 4 grands modèles de tablettes afin de vous aiguiller dans votre choix. Wacom Intuos Pro Paper M, Apple Pencil 2e génération, Remarkable 2 ou ISKN Repaper. Opter pour les leaders du marché, ou investir dans les nouvelles pépites au rapport qualité prix incroyables, il sera simple pour vous de vous lancer dans l’achat de votre périphérique suite à notre comparatif.

Une tablette graphique pour quel usage ?

L’achat d’une tablette graphique passe d’abord par l’usage que l’on en fera. Il est donc important de cibler ses besoins afin de choisir la meilleure tablette. Si l’on cherche la polyvalence, la tablette ISKN Repaper saura tirer son épingle du jeu par rapport à ses concurrentes. En effet, pour les professionnels ou pour le débutant, la Repaper permet une utilisation complète, du graphiste souhaitant utiliser les logiciels graphiques professionnels les plus utilisés du marché, à l’apprenti dessinateur souhaitant une tablette qui lui permet de dessiner des petits croquis facilement et où qu’il soit, en passant par l’enseignant ou l’étudiant voulant prendre des notes, expliquer des notions en les schématisant ou encore ajouter des annotations sur un texte. Grâce à sa feuille de papier apposable sur la surface de travail tactile de la tablette, et la possibilité d’utiliser n’importe lequel de ses crayons préférés, la prise en main de la Repaper est naturelle aussi bien pour dessiner que pour de l’écriture manuscrite.

À contrario, une tablette comme la Remarkable 2, malgré sa sensation d’écrire sur du papier de manière artificielle, n’est utilisable qu’en tant que liseuse ou tablette interactive, pour prendre quelques notes et retoucher des documents, et ne permet pas aux dessinateurs et graphistes de s’en servir. Concernant une tablette graphique à l’instar de la Wacom Intuos, celle-ci sera certes polyvalente, cette dernière utilisant le même procédé que la Repaper, mais il faudra pour l’utilisateur qu’il dispose d’ores et déjà d’une certaine aisance avec ce type d’outils, avec ce constructeur, l’utilisation des stylets de la marque étant imposée avec cette tablette. Impossible pour l’illustrateur ou l’enseignant d’utiliser ses crayons habituels, faciles à prendre en main, peu onéreux et sans surcoûts importants en cas de perte de ces derniers. De la même manière, un outil comme l’Apple Pencil nécessite obligatoirement l’achat d’une tablette iPad pro ou iPad air récente pour que celui-ci puisse être utilisé. Il devient alors difficile de l'exploiter en tant que tablette éducative, ou pour des personnes n’évoluant pas dans le monde du graphisme professionnel, tant le prix de l’ensemble devient élevé pour quelqu’un souhaitant un périphérique polyvalent et facile à prendre en main. La Repaper devient alors l’outil le plus abordable, et est utilisable par toutes les personnes souhaitant investir dans une tablette graphique, du novice au professionnel.

Quels outils utiliser avec ma tablette ?

Les crayons et stylets.

L’outil principal à l’utilisation d’une tablette graphique est le stylet qui vous permettra de dessiner et écrire directement sur la zone de travail de la tablette. Il en existe plusieurs types, et bien généralement, les marques de tablettes imposent de travailler avec leurs propres stylets. C’est notamment le cas avec la Wacom Intuos Pro Paper M, avec l’iPad et son Apple Pencil ou encore avec les liseuses interactives Remarkable 2. Le réel souci avec cette politique est qu’en cas de perte ou de casse, il faut pouvoir remplacer son stylet par le même modèle, souvent onéreux, afin de pouvoir continuer à exploiter pleinement votre tablette graphique. Là où la ISKN Repaper se démarque une nouvelle fois, c’est grâce à la possibilité d’utiliser son crayon ou son stylo favori, directement sur la feuille en papier placée sur la zone active de la tablette. La bague magnétique placée autour de ses crayons et portemines préférés, rend n’importe lesquels de ces outils compatibles avec la tablette, et le confort d’utilisation et l'ergonomie devient incomparable pour les utilisateurs n’ayant plus à changer leurs habitudes. Avec cette possibilité, vous travaillez ainsi avec fluidité, et pouvez prendre en main la tablette instantanément après achat. Pour les personnes ayant déjà l’habitude de travailler avec un stylet, notamment pour travailler sur logiciel, ou pour utiliser les raccourcis programmables et personnalisables présents sur celui-ci, c’est également possible avec la Repaper. Son côté hybride avec crayon traditionnel ou stylet numérique apporte encore une fois une polyvalence permettant de s’adapter rapidement à l’outil, quelle que soit son utilisation.

Papier ou surface tactile ? Le mode sans écran pour la polyvalence.

Deux grands types de tablettes graphiques se distinguent, celles avec une surface tactile uniquement, ou les tablettes dites « Scanner » permettant de placer une feuille de papier standard directement sur la zone de dessin. Pour les premières, comme avec l’iPad et son Apple Pencil, ou encore la Remakable 2, même si les sensations tendent à s’approcher le plus possible du dessin sur papier, notamment pour cette dernière, il n’en reste pas moins que la sensation est imparfaite et peut rebuter les débutants à utiliser ces tablettes tactiles. Il n’en est rien avec les tablettes scanner comme la ISKN Repaper ou la Wacom Intuos Pro Paper M. Ces dernières utilisant une véritable feuille de papier, leur utilisation ergonomique rend le travail et le dessin numérique agréable pour n’importe qui. C’est d’autant plus vrai pour la Repaper, qui contrairement à la Wacom, permet d’utiliser son crayon à papier favori, et non pas un stylet, rendant les sensations réellement identiques au dessin traditionnel. La tablette scanner permet en outre d’user d’un mode sans écran, afin d’esquisser des projets partout, avec le confort du papier et sans avoir besoin d’ordinateur ou d’application mobile à portée de main. Dans le cadre de la Repaper par exemple, les dessins sont ainsi enregistrés au cœur de la tablette afin d’être importés plus tard par l’application dédiée Repaper Studio et sa fonction d’import.

Comment choisir la bonne configuration technique ?

Le poids et la dimension, des éléments cruciaux.

Les caractéristiques physiques de votre tablette graphique déterminent l’utilisation que vous pourrez en faire. Trop grandes, elles ne vous permettent pas de les transporter aisément, mais offrent une grande zone de travail, et trop petites, elles rendront l’utilisation de celles-ci désagréables. Chez Wacom, avec la Intuos Pro Paper M, vous disposez de la plus grande des tablettes (environ 20 à 25 % plus grande que les autres modèles présentés ici). Certes, cette taille donne un espace de travail plus important, mais l’utilisation de manière nomade, qui peut être un critère de choix pour ce type de tablette scanner, est rendue plus difficile dû à son poids important (plus de 50 % plus lourd que les autres tablettes de ce guide d’achat). À contrario, la Remarkable 2 est la plus petite. Cette caractéristique n’est pas forcément la meilleure solution pour le dessin, cette tablette graphique n’étant de toute manière pas faite pour cette utilisation. L’Apple Pencil quant à lui nécessite l’utilisation d’un iPad qui aura des dimensions différentes en fonction de la taille de l’écran choisi. On peut alors opter pour une tablette comme la ISKN Repaper, avec une taille moyenne et un poids relativement léger, autour des 450 grammes. Cela permet ainsi de pouvoir la transporter partout, tout en gardant une zone de travail confortable pour l’utilisateur.

L’autonomie pour travailler en toute sérénité.

Avec ses 30h d’utilisation en continue, la Remarkable 2 est la championne incontestée de l’autonomie. Mais celle-ci reste une simple liseuse interactive et nécessite moins de ressources que les autres tablettes pour fonctionner. Une tablette graphique reste de toute manière peu gourmande en énergie, et même la ISKN Repaper permet de travailler 6h en continu, ce qui reste une durée plus que raisonnable pour travailler ses créations graphiques, même en déplacement. Aussi, une tablette graphique étant rechargeable via l’utilisation d’un simple câble USB, cela facilite grandement leur utilisation en extérieur, et est bien plus pratique que le câble de marque Apple nécessaire pour brancher une tablette à écran tactile comme l’iPad.

La mémoire interne, importante pour stocker ses créations.

Lorsque vous êtes en déplacement, il peut être intéressant de pouvoir enregistrer ses créations directement dans la tablette afin de les récupérer plus tard sur votre ordinateur portable ou de bureau. Avec ses 64 Go minimum, le périphérique disposant de la plus grande mémoire est l’iPad, celui-ci étant avant tout une tablette tactile, avant d’être une tablette graphique. Concernant les autres modèles, avec ses 32 Go, la Repaper par ISKN est celle proposant la plus grosse capacité de stockage pour enregistrer ses dessins et notes effectuées en autonomie sur la tablette. Si son espace de stockage interne n'est limité qu’à 4 Mo (soit 10 dessins), il est possible d’ajouter une carte micro-sd qui étend celui-ci jusqu’à 32 Go (soit 80 000 dessins). À titre de comparaison, la Wacom Intuos Pro Paper M propose quant à elle une capacité s’élevant à environ 200 dessins, tandis que la Remarkable 2 peut contenir jusqu’à 10 000 pages dans sa mémoire.

Exporter ses fichiers depuis l’application dédiée.

L’export de fichiers depuis l’application dédiée pour la tablette peut être intéressant pour ceux souhaitant présenter ou retravailler leurs fichiers directement après leur création. À ce jeu là, la Wacom et la Repaper s’en sortent bien, proposant tous les deux les formats d’export les plus intéressants via leur applications dédiées, avec un petit avantage pour la Wacom proposant le format PDF en plus du JPG, du PNG, du SVG ou du PSD permettant de réaliser des retouches sur ses œuvres sur Adobe Photoshop. L’export vidéo en mp4, permettant de revoir l’évolution de son travail, est également possible sur ces deux modèles. Sur l’iPad, avec son Apple Pencil, tout dépendra de l’application sur laquelle vous travaillerez, mais généralement, ces dernières sont payantes afin de proposer des formats d’export intéressants. La Remarkable 2, avec son utilisation peu dédiée au graphisme, ne propose quant à elle que des formats « littéraires » avec l'ePub et le PDF.

Comment choisir une tablette graphique précise et facile à prendre en main.

Les niveaux de pression, un choix important pour la précision.

Le niveau de pression de la surface active d’une tablette graphique et la prise en compte de l’inclinaison du crayon sont des critères importants, voire les critères les plus importants pour l’artiste, qui pourra ainsi utiliser sa tablette plus ou moins précisément en fonction de ces paramètres. Selon les modèles de tablettes, cela peut varier du simple au double, et alors qu’un périphérique comme le Remarkable 2 va disposer de 4 096 niveaux de sensibilité, les tablettes ISKN Repaper et Wacom Intuos Pro Paper M en auront le double. Le trait sera ainsi retranscrit deux fois plus précisément sur ces dernières et vous retrouverez un dessin en haute-résolution, reproduisant exactement la pression que vous avez pu appliquer avec votre crayon ou votre stylet. Quant à l’Apple Pencil, la marque n’a pas souhaité communiquer ces informations ce qui peut laisser à penser qu’elle ne va pas au-delà de ses concurrentes.

Détection de l’inclinaison naturelle du crayon.

De la même manière que pour les niveaux de pression, la sensibilité à l’inclinaison du crayon ou du stylet sera déterminante pour pouvoir reproduire efficacement votre trait sur le logiciel, en un trait naturel et réaliste. Si les tablettes de chez Remarkable et Wacom s’en sortent très bien avec une inclinaison du stylet allant respectivement jusqu’à 50 et 60 degrés en moyenne, c’est la tablette de chez ISKN qui, avec une inclinaison allant jusqu’à 70 degrés en moyenne (90 degrés d’inclinaison au maximum en utilisant les meilleurs outils), remporte la mise. Sa technologie alliant une bague magnétique, à adapter à n’importe quel crayon, avec celle des magnétomètres intégrés à la tablette, permet une grande précision dans le dessin, et reproduit fidèlement ce que vous dessinez sur le papier apposé sur la tablette. Apple et son Pencil, à l’instar des niveaux de pression, n’ont également pas souhaité communiquer ces informations au public.

La compatibilité logicielle au service de vos besoins.

Mac ou PC ? Android ou iOS ?

Les utilisateurs peuvent apprécier une connectivité de leur tablette graphique à plusieurs outils, et pouvoir changer de système d’exploitation pour utiliser votre périphérique partout et avec tous les terminaux mis à votre disposition est un vrai plus. Pour cet élément de comparaison, la Remarkable 2 est déjà hors-jeu, celle-ci n’utilisant que son système d’exploitation natif, et ne pouvant être connectée à un ordinateur, un smartphone ou à des tablettes iOS et Android. De la même manière, le Pencil fourni par Apple nécessite obligatoirement un iPad pour fonctionner, et ne sera utilisable que sur iOS. On peut alors se concentrer sur les deux dernières concurrentes, et c’est encore une fois la tablette de chez ISKN qui remporte ce duel. Tandis que la tablette de la firme Wacom pourra se connecter aisément sous Windows et Mac OS X, impliquant à minima un ordinateur portable pour ceux souhaitant travailler sur logiciel, la Repaper sera également compatible sous Android et iOS. Cela lui permet ainsi de se connecter en Bluetooth à un téléphone mobile ou à une tablette, même d’entrée de gamme, et de pouvoir travailler sur logiciel à tout moment, même en déplacement et en voyage.

Quels logiciels et applications pour ma tablette ?

Que cela soit pour des logiciels de création graphique, ou pour des applications dédiées au travail collaboratif ou à l’enseignement à distance, ISKN et Wacom tirent encore leur épingle du jeu en proposant une compatibilité avec tous les plus grands logiciels disponibles sur PC et Mac. De la Creative Suite (Photoshop, InDesign, Illustrator), à Krita, en passant par Powerpoint, LibreOffice et Zoom, entre autres, tout devient possible avec ces tablettes graphiques. ISKN propose en outre, avec l’utilisation sous Android et iOS, l’utilisation de Repaper Studio afin de travailler sur smartphone et tablette tactile. De la même manière que pour les systèmes d’exploitation, l’Apple Pencil trouve ses limites en ne pouvant être utilisées qu’avec les applications compatibles disponibles sur l’App Store. La Remarkable 2 ne peut encore une fois pas entrer dans ce comparatif, celle-ci n’étant utilisable que comme liseuse interactive, et utilisant uniquement les options d’ores et déjà intégrées à la tablette.

Choisir sa tablette au meilleur rapport qualité-prix.

Nous l’avons vu tout au long de ce comparatif, trouver la tablette tactile idéale passe d’abord par l’analyse de ses besoins. Si la tablette de chez Remarkable 2 est utilisable dans un contexte vraiment spécifique, et est finalement très peu polyvalente, elle reste néanmoins proposée à un tarif plutôt élevé, autour de 450 euros. L’Apple Pencil souffre également de son prix important, celui-ci nécessitant l’utilisation d’un iPad pour pouvoir être utilisé. Le pack comprenant la tablette et le stylet s’élève rapidement au-delà des 800 euros, et il devient compliqué, pour un novice ou quelqu’un souhaitant l’utiliser uniquement pour de l’enseignement à distance ou dans le cadre d’une entreprise traditionnelle, d’investir autant d’argent dans un système qui peut être difficile à prendre en main. La Wacom Intuos Pro Paper M et l’ISKN Repaper ont quant à elle des utilisations très similaires, et même si la batterie de la Wacom est un peu plus performante sur la durée, et que le renom de la marque en fait un modèle de choix, les autres éléments penchent clairement en faveur de la tablette de chez ISKN. Plus polyvalente, elle conviendra vraiment à chacun, que cela soit pour un débutant dans le monde des tablettes graphiques, comme pour quelqu’un d’expérimenté, et l’utilisation de n’importe lequel de ses crayons personnels est une vraie plus-valu sur le long terme, ces derniers étant bien moins onéreux à remplacer en cas d’usure, de casse ou de perte. Enfin, le prix de 199 € pour la Repaper, contre les 429 € de la Wacom Intuos Pro Paper finit de nous convaincre en faveur de la première, proposant un rapport qualité prix réellement imbattable sur ce secteur.